Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2010

La cuillère à pot

Aujourd'hui, à court de zoo, nous avons visité un fort maritime. Devant un sabre d'abordage, la guide nous a expliqués que leur garde large et arrondie caractéristique servait parfois aux corsaires pour se servir leur ration directement dans la marmite. D'où leur surnom de "cuillère à pot". Et les corsaires étant d'un tempérament bagarreur, il n'était pas rare qu'ils terminent leurs querelles l'arme à la main. D'où l'expression : "régler un problème en deux coups de cuillère à pot", qui n'est pas aussi pacifique qu'on pourrait le croire à première vue !

Par ailleurs, ma fille est rentrée à la maison avec une épée en bois. Mais, heureusement, elle a plutôt servi à débusquer les crabes sous les rochers qu'à amocher son frère !

Juillet 2010 - Club vertical

Bizarrement, je connais bien mieux les clubs libertins que les discothèques et autres boîtes. J'ai eu une adolescence et une vie étudiante très sage, étant un geek isolé à la campagne avant le bac et m'étant casé très vite ensuite. En un an et demi de libertinage, je suis sorti bien plus que pendant les trente ans précédents.

Pour tout dire, je ne sais même pas entrer en club. Il m'a arrivé de croiser des files d'attente devant des portails parisiens cerbérisés, qui m'ont toujours laissé interdit. Est-on vraiment sensé faire la queue comme dans une quelconque attraction de Disney Land ?

Donc, j'ai profité de mes vacances bretonnes pour me faire les dents sur un club plus modeste et moins fermé. J'y suis allé seul, Mlle Amaranthe ayant préféré rester à Paris pour bronzer sur son lieu de travail.

J'y ai passé presque une heure, à siroter lentement un verre de coca et à observer les quelques clients autour de moi.

Eh bien, j'y ai trouvé beaucoup d'avan…

Des promesses ...

Elle me dit : "Je veux que tu m'encules. Que tu me sodomises. J'ai envie de te sentir en moi jusqu'à en jouir.". Voilà ce qu'elle me dit, mais ... à trois cent kilomètres de distance.

A dans dix jours, mon amour. Je n'aurai pas oublié.

Brève de vie

Vivre de sa plume rend attentif aux fautes, surtout à celles que l'on a soi-même fait longtemps avant de saisir son erreur. Et on prend le réflexe de les corriger lorsqu'on les entend autour de soi, parfois au risque de vexer. (J'ai même énervé Mlle Amaranthe par ce biais.) Ainsi, en prenant ma fille, en pleurs, dans mes bras :

"- Je suis tombée dans les escaliers !...
- Non. Tu es tombée dans l'escalier, il n'y en a qu'un."

Brève de vie

"- Au revoir, maman ; je t'aime fort fort fort ! Au revoir, Homme en Noir, je t'aime fort fort fort !" dit ma fille alors que je l'emmène en vacances. Petit pincement au coeur.

Mais bizarrement, pas plus. J'ai reconnu une source de grande douleur potentielle, mais elle n'est pas venue. Etais-je insensibilisé par la fatigue, exalté par la joie de revoir mes enfants, ou tout simplement en train de guérir de cette blessure ?

Un homme divorcé me disait plus tôt dans la journée que l'on finit par s'habituer à ne plus vivre avec ses enfants. Que l'on trouve un autre rôle, sans être présent au quotidien. Que les souvenirs, autrefois joyeux et maintenant teintés d'amertume, s'effacent.

Deux semaines de plage, de zoo et d'aquarium devraient aider à créer de nouveaux souvenirs, histoire de pousser les anciens dans les combes et dans les caves. Histoire aussi de nous rappeler, à moi comme à eux, que je suis toujours père.

Juillet 2010 - Première soirée privée

L'expression soirée privée désigne trois choses complètement différentes dans le vocable libertin. Si un couple invite un autre couple chez lui, c'est une soirée privée. Si une boîte n'ouvre que sur invitation, c'est aussi une soirée privée. Si un organisateur loue une salle et la transforme en club libertin éphémère pour un soir, c'est encore une soirée privée. Autant dire qu'il est facile de confondre les trois.

Eh bien, c'est à un quatrième type de soirée que nous avons été invités. Une soirée dans un lieu de prestige, avec un nombre restreint de couples choisis. Nous n'étions pas invités au domicile de l'organisateur, comme nous l'aurions été lors d'une soirée privée, mais il nous a demandé d'amener une bouteille de champagne, comme pour une soirée privée. Nous n'étions pas dans une boîte, comme nous l'aurions été lors d'une soirée privée, mais nous n'entrions que sur invitation, comme dans une soirée privée. Nous n…