Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2010

Premier coup de truelle

A l'heure où vous lirez ces lignes, je serai en train de commencer les travaux de mon appartement. Enfin ! Cette idée me procure une pêche incroyable, même si l'ampleur de la tâche reste intimidante. C'est le début de la fin, et ce n'est pas trop tôt.

Mlle Amaranthe a visité mon appartement il y a quelques semaines. Elle a convenu qu'il n'était pas habitable en l'état. Je n'ose croire que ce n'était qu'un prétexte pour m'avoir dans son lit un peu plus souvent.

Voici donc la liste des choses qu'il me reste à faire :
- Déblayer le reliquat des affaires de ma grand-mère
- Faire rétablir l'eau chaude
- Poncer le crépis couvrant l'un des murs du salon
- Arracher la moquette du salon, gratter la colle
- Décoller le papier peint
- Retirer la peinture écaillée par un dégât des eaux dans la salle de bain
- Reboucher les trous laissés par les gros travaux précédents (reste la cuisine)
- Enduire et lisser les murs (reste la cuisine)
- Peindre les plaf…

Mai 2010 - Le WE

Mlle Amaranthe porte une robe blanche et noire à froufrous, des bas noirs et des escarpins à hauts talons. Dans le métro, elle sort une brosse de son sac pour ajuster une dernière fois sa coiffure. Elle n'est pas sûre d'elle, et mes compliments n'y changent pas grand-chose. Certes, l'amour me rend aveugle, mais pas à ce point-là. Elle est belle.

Nous arrivons à la porte du WE, anciennement l'Hôtel des Sens, peu de temps après l'heure d'ouverture indiquée sur le site. Le personnel vient seulement d'arriver, nous sommes les premiers clients de la soirée. Très gentiment, le gérant nous fait visiter les multiples étages de son club, puis nous fait la conversation en attendant que d'autres couples arrivent. Il prédit une petite soirée (1) en raison du long week-end, ce à quoi nous n'avions pas pensé.

Effectivement, les entrées se font au compte-gouttes. Réfugiés dans le coin fumeur, nous somnolons doucement. Enfin, surtout moi, qui ait eu une journée t…

Lecture : Thanatos

L'été dernier, j'ai lu un roman de Ryû Murakami : Raffles Hotel. C'était le premier que je lisais de cet auteur japonais, l'histoire d'un photographe qui rencontre une actrice qui s'avère être folle, à Singapour. Cet hiver, je me suis acheté un autre roman du même auteur : Thanatos. Autant dire que j'ai été assez surpris en lisant le résumé : un photographe sert d'interprète une actrice complétement timbrée. Mais à Cuba ! J'imagine que ça change tout ...

Et effectivement, les deux romans n'ont pas grand-chose à voir, mis à part le style et la trame. Les deux actrices sont folles de façons complétements différentes. Coupée de la réalité, elle revit constamment la passion sadomasochiste qu'elle a connu avec son amant, la racontant de façon décousue, suivant le fil élimé de la pelote de ses pensées.

"(...) je me suis mise à pleurer, et tout en pleurant je regardais le maître et c'est en le regardant comme ça sans fermer les yeux que j…