mercredi 9 mars 2016

Salopophobie internalisée

Je parlais récemment de la sexualité des femmes avec une amie, qui s'est étonnée quand j'ai évoqué la crainte des femmes d'être considérées comme des salopes. D'après elle, cette crainte est totalement absente chez les étudiantes qu'elle fréquente, qui pratiquent les plans Q et la sodomie sans se poser de questions.

Je ne sais pas si c'est une question de génération, de géographie ou autre, mais j'ai eu une réaction très différente cet après-midi sur un site de rencontre. Je demande à une femme de 45 ans si elle a des amants. Voilà sa réponse.

ELLE: pourquoi faire je ne cherche pas d amant je ne suis pas un homme et au cas ou .......! il y à un temps pour tout c la difference entre un homme et une femme lol
MOI: Si tu le dis. Je trouve ça triste comme vision de la sexualité.
ELLE: ah bon ........tu crois ?si je fait ce que tu dit je suis considerer comme une salope car si aujourd hui on dit la journée de la femme et tout le tra lala des qu une femme ce comporte comme un homme nous sommes insulter de mots d oiseau ce n est pas moi c la réalité elle la c ce que je subit tout les jour on te voit un verre à la main tu es alcolique tu parle à un homme tu couche vec tu va danser en discothaque tu es une salope alors je ne sors plus elle la ma rélati qua tu as repondre à cela


J'ai tenté de lui expliquer mon point de vue libertin sur la sexualité, mais elle s'est déconnectée avant.

2 commentaires:

  1. Vu comme elle écrit, tu n'as pas perdu grand chose!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle écrivait mieux au début, quand elle faisait des phrases courtes. Se lancer dans une diatribe énervée lui a fait perdre ses moyens orthographiques. :)

      Supprimer