Accéder au contenu principal

Plaidoyer pour l'altersexualité

Les mots véhiculent des idées. Le vocabulaire est un champ de bataille. Il faut parfois le créer soi-même pour ne pas laisser ses adversaires imposer leurs vues.

Dans ma recherche d'un mot neutre pour désigner les personnes à la sexualité libérée, je suis tombé sur l'orthosexualité, qui désigne le contraire, et son opposé, l'altersexualité.

Voici une belle citation du site altersexualité.com :
Est altersexuelle toute personne considérant que la monogamie à finalité reproductrice n’est pas la seule possibilité d’épanouissement de l’individu. (Ce qui ne veut pas dire que tel ne soit jamais le cas !) L’altersexualité, c’est la sexualité sans mariage, la pluralité de partenaires (polyamour, ménage à trois, échangisme et tout ce que vous voulez), la sexualité entre personnes de tous sexes, la transgression ou mieux, le brouillage des genres, la sexualité au troisième âge, la sexualité des personnes handicapées, le droit des détenus à la sexualité, la réhabilitation de la prostitution comme le plus vénérable métier du monde, le mouvement des non-parents ou « Childfree », etc. C’est aussi le droit pour les adolescents à une éducation laïque en matière de sexualité, et à une vie intime sans contrôle social. L’altersexualité, cela peut être aussi le renoncement à la sexualité, du moment qu’il est librement consenti. L’altersexualité, c’est le droit, pas le devoir !

Commentaires

  1. Je vais jouer le chipoteur.
    1/ Il y a une faute de grammaire dans ta première phrase
    2/ Si on utilise "ortho-", on devrait lui opposer "para-" et non "alter-"
    3/ Dans la définition proposée de l'altersexualité, il manque un élément essentiel dans la définition, c'est la référence à la sexualité comme voie d'épanouissement.
    Parce que, telle que rédigée, on pourrait dire qu'une personne qui s'épanouit dans la création artistique (un peintre, par exemple) serait « altersexuel ». Je trouve cette définition un peu dévalorisante par ailleurs pour les personnes ayant une sexualité monogame à finalité reproductrice (qui ne mettront sans doute pas leur sexualité comme chemin premier de l'épanouissement).

    Allez, tout ça, c'est du chipotage, parce que sur le fond, nous sommes d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1/ Zut, il y a cinq mots dans ma première phrase, et je n'y trouve pas de faute !
      2/ Je suppose que parasexuel est trop connoté par son utilisation comme maladie sexuelle et déviance morale.
      3/ C'est sous-entendu, non ? :)

      Bon, je ne sais pas si j'utiliserais ce mot couramment. Autant orthosexuel est utile, autant altersexuel ne me convainc pas à l'usage. Il implique qu'une sexualité libérée et heureuse n'est pas "normale", et c'est dommage.

      Supprimer
  2. 1/ Pardon, je voulais dire « premier paragraphe » (dernière phrase d'icelui !)
    2/ Oui, c'est sous-entendu, c'est pour ça que l'on comprend avec le contexte, mais ce n'est pas ce qu'on attend d'une définition qui se doit d'être précise.
    3/ Je suis bien d'accord. Et c'est marrant de constater que ce sont souvent les gens qui ne veulent soi disant pas être mis dans des « cases » qui cherchent des définitions pour ces nouveaux comportements (je ne dis pas ça pour toi) (moi, je me fous pas mal qu'on me mette dans une case ou une autre, je ne m'y sens pas enfermé).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1. J'ai corrigé un "ses" en "leurs". C'est mieux ? :)

      3. Je n'ai rien contre les cases, au contraire. Les étiquettes sont des raccourcis pour dire beaucoup de choses en peu de mots. Elles sont donc utiles, tant qu'on n'oublie pas qu'une idée est plus compliqué qu'une étiquette (il faut parfois demander des précisions, surtout si la discussion devient pointue) et qu'une étiquette n'est pas une cage (on peut en changer et de toute façon, on n'est jamais totalement dedans ou en dehors).

      Supprimer
  3. 1/ Oui !
    3/ On est tout à fait d'accord !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fin, et suite

Ce vendredi a eu lieu le 66e apéro (qui portait le numéro 65, mais il y a eu deux numéro 61). Pour de multiples raisons, ce sera le dernier que j'organise. C'est la larme à l'œil que je suis sorti du bar pour la dernière fois, après avoir refermé cette page de ma vie.

À quelques jours près, cette date marque aussi le dixième anniversaire de mes débuts libertins. Mais depuis deux ans, je m'interroge. Suis-je encore libertin ?

Bon, en fait, la réponse est évidente : "oui". Mais c'est la question qui est mal posée. Ai-je encore envie de libertinage ?

Et là, c'est plus compliqué. Clairement, j'ai toujours les mêmes rêves qu'à mes débuts. Rencontrer des femmes libérées, me sentir désiré, m'éclater à plusieurs, vivre des soirées décomplexées, m'épanouir dans une relation amoureuse et libertine à la fois.

Mais justement, j'ai toujours ces rêves et je ne suis pas plus prêt de les réaliser qu'il y a dix ans. Certes, j'ai rencontré d…

Apéro libertin de M. Chapeau - 16 septembre 2016

Bonjour, et bonne rentrée !

Il parait qu'on a parlé de mes apéros sur France Inter. Si vous savez dans quelle émission, et à quelle date, ça m'intéresse.

Mes apéros reprennent avec la rentrée. Ces soirées sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



À bientôt !

Apéro libertin de M. Chapeau - Vendredi 24 mars 2017

Mes apéros sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants. Voici le formulaire d'inscription.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



Exceptionnellement, l'apéro sera suivi d'une soirée privée à l'occasion de mon anniversaire. Celle-ci est uniquement réservée aux habitués de l'apéro. Inutile d…