samedi 1 juin 2013

La course aux lièvres

Un lapin, tout le monde connaît, c'est un rendez-vous où un seul des deux se déplace. Si j'ai heureusement pu éviter ce spécimen, j'ai croisé un nombre phénoménal de lièvre ces derniers temps. Cousin du lapin, le lièvre est un rendez-vous impossible à finaliser. Il n'a donc pas le temps de se transformer en lapin, m'évitant de me déplacer pour rien.

(Notez que j'ai vécu chacun des dialogues suivants plusieurs fois au cours du mois écoulé, à quelques paraphrases près. Ils ne visent donc pas une personne en particulier.)

La discussion avec un lièvre commence très bien, chaleureuse et pleine de promesses. Arrive le moment où l'on pose la question fatidique :

- Ca te dirait qu'on se voit ?
- Oui !
- Quand ? Mardi prochain, vers 20h, tu es libre ?

Et là, deux voies s'ouvrent à vous.


La première, la plus simple, est l'absence totale de réponse. Les jours passent, rien. On arrive au lundi, rien. Le mardi, rien. Le soir même, rien. Généralement, à 20h et une minute, on reçoit enfin un message :

- Désolé, cette semaine, c'est pas possible.
- D'accord, et la semaine prochaine, tu es libre quand ?

Ce qui sera le dernier message échangé. Le lièvre est parti dans sa garenne. (Oui, je sais, ce sont les lapins qui vivent dans des garennes. J'ai droit à un peu de licence poétique, non ?) Les plus prudents ferment carrément leur compte sur le site où nous discutions pour éviter d'être tenté de finir par répondre. (Ce qui m'est arrivé trois fois cette année...)


La deuxième voie fonctionne sur le principe inverse, avec des réponses claires et rapides...

- Quand ? Mardi prochain, vers 20h, tu es libre ?
- Ah non, j'ai piscine*.
- D'accord, le jeudi alors ? Le midi ou le soir, comme tu préfères.
- Ah non, j'ai piscine* toute la journée.
- Bon. Et la semaine prochaine ? Je suis libre tous les jours, sauf le vendredi.
- Ah non, j'ai piscine* toute la semaine.

Arrivé là, on commence à se douter qu'on a affaire à un lièvre qui ne veut pas dire son "non".


Il parait qu'il existe une troisième voie, où l'on finit par convenir d'une date et d'un lieu, mais elle est visiblement largement passée de mode en 2013. Et il est toujours possible de recevoir un message quelques heures avant le rendez-vous pour nous prévenir que Désolé, je suis restée trop longtemps à la piscine*, je ne vais pas pourvoir venir.


En conclusion, je voudrais dire à tous les lièvres et les hases qui me lisent que l'on gagnerait beaucoup de temps et on éviterait des déceptions, si, à la question Ca te dirait qu'on se voit ?, ils avaient le courage de répondre honnêtement Non. (Ou, le cas échéant, Oui, mais ça ne va pas être possible, j'ai piscine* tout le temps en ce moment.)




* La piscine est à remplacer par l'activité de votre choix. Il y a quelques années, des amis proches se sont excusés de ne pouvoir venir à mon anniversaire parce qu'ils devaient "aider des crapauds à traverser la route". Il parait que les pauvres bêtes se font écraser durant leur période de reproduction, qui tombe bêtement le jour de ma naissance. Vous allez dire que je suis susceptible, mais j'ai eu un peu de mal à ne pas entendre : "On serait bien venu, mais tu es moins important qu'un crapaud."

20 commentaires:

  1. Et sinon dans 3 mois tu fais quoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans trois mois jour pour jour, je fête l'anniversaire de ma fille.

      Mais pas à la piscine. :)

      Supprimer
  2. Changez de tactique, essayez un truc un peu rock'n roll du genre: "ça te dirait qu'on se voit pas?" ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que je vais y venir ! Ca éviter des déconvenues, et on n'es jamais à l'abri d'une bonne surprise.

      Supprimer
  3. Vous allez rire. J'avais un rendez-vous prévu en fin d'après-midi... Elle vient d'annuler, à cause d'un "problème de voiture". Arf.

    Soit je suis maudit, soit je suis maudit. Je ne vois pas d'autre explication !

    RépondreSupprimer
  4. Disons que c'est probablement une chance pour toi, que toutes ces "hases" aient eu "piscine", finalement....parce qu'elles se seraient probablement révélées "nazes" :D (oui je sais c'est facile mais tant pis). Pour finir sur une note optimiste, j'ai rencontré Mr, justement parce qu'après avoir dit "oui" à un rendez-vous, je n'ai jamais renié ma parole même si je n'avais pas envie d'y aller (ce qui n'était pas dirigé spécialement contre lui d'ailleurs, comme je l'ai raconté tout au début de notre blog). Tous les espoirs restent permis, cher Olivier, garde la foi !

    RépondreSupprimer
  5. Mais as-tu songé qu'à une époque, les femmes disaient oui pour se faire offrir un resto et finissaient le repas en t'annonçant qu'il n'y avait finalement pas assez de feeling entre vous pour coquiner après? Calcule la somme ainsi économisée et tu retrouveras le sourire!
    Bisous d'encouragement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf, merci Flo. :)

      En y réfléchissant, pour mon dernier rdv dans un resto, c'est elle qui a payé, et moi qui ai annoncé qu'il n'y avait pas d'affinités !

      Supprimer
  6. Je puis helas vous assurer que les lapins ne sont pas l apanage exclusif des femmes..... Cela ne resout certes pas votre probleme....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je veux bien le croire. Il se trouve que j'ai plus affaire à des hases qu'à des lièvres personnellement, vu mes recherches. Je n'en tire pas de conclusions.

      Supprimer
  7. Quelque fois je suis ce lièvre...
    Certes j'ai de la conversation, certes je suis polie et agréable, je suis attentive à ce que l’on me dit, je fais pas trop de "fote"et je suis loin d'être un robot.
    Et parce que je fais tout cela en y mettant un zeste de séduction (sinon quel intérêt d'être sur un site de rencontre), arrive la fameuse question "on se voit quand ?", chacun pensant avoir un feeling spécial...
    Mais...mon chéri...tu n'es pas le seul avec qui je discute et le ratio homme/femme est souvent déséquilibré.
    Souvent, je précise qu'il n'est pas le seul avec qui je converse ou je reviens dire que j'ai vu quelqu'un d'autre
    D'autres jours, je n'ai pas la force d'affronter la déception de l'homme avec qui sentait ce feeling
    Ou alors je fais des rendez-vous groupé :D
    MarieT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, vous n'avez jamais de "feeling spécial" ? C'est abominablement triste.

      Supprimer
    2. Rires
      oh ! que si...et ceux-là ne m'ont jamais dit que j'étais lièvre ;)

      MarieT

      Supprimer
  8. Hmmm pas évident tout ça... Heureusement, je suis une tortue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai connu des tortues aussi, des rdv qui mettent longtemps à venir. Contrairement à la fable, la plupart se sont égarées en route. Pas toutes, heureusement.

      Supprimer
  9. Permettez-moi le terme jeune : Lol! Vous décrivez ça tellement bien! Moi les lièvres ont eu ma peau. J'en ai eu marre alors je me suis désinscrite du site de rencontres sur lequel j'étais.
    Anonyme plus haut parlait de feeling spécial, c'est fou comme il disparaît à l'épreuve de la réalité.
    En bref, les rencontres virtuelles pour du réel, c'est assez compliqué. On se rêve une vie de débauche et de luxure, avec des amants formidables mais finalement qu'est-ce qu'on trouve? Des soirées bien solitaires derrière un écran occupées à se présenter, à essayer de nouer un pauvre contact en ligne qui souvent se solde par un lièvre, au pire un lapin, au mieux un mec sympa... sans plus (sourire jaune).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut pourtant être à la fois un mec sympa et un amant formidable. J'en suis la preuve vivante ! :)

      Supprimer
  10. Bah oui ! Les crapauds sont en voie de disparition alors que les libertins... ne se transforment jamais en prince charmant, comme chacun sait.

    RépondreSupprimer
  11. Je plaide coupable : récemment je fus un lièvre... une hase !
    Mais (oui mais car je ne suis pas hase juste par plaisir, mais par raison) alors que je proposais de le rencontrer pour qu'il devienne mon amant (si les attirances étaient réciproques), la veille de notre rdv, il m'a écrit être amoureux de moi et que je ne pouvais" pas imaginer le bonheur qu'il ressentait en pensant en moi en se couchant et se réveillant". Les mots exacts pour me faire fuir à toutes pattes de hase ! ;)
    Ginger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etre hase une fois, c'est compréhensible. C'est l'être systématiquement qui dénote un problème. :)

      Supprimer