Accéder au contenu principal

Vous met-on les mains aux fesses ?

M'étant récemment réinscrit sur le forum libertinage de doctissimo, j'y lis le témoignage d'une femme qui exprime son exaspération face aux agressions sexuelles dont est constamment victime son postérieur. D'après elle, la vaste majorité des hommes n'ont même pas conscience qu'une main aux fesses est une forme d'agression.

Il me semblait pourtant que cette relique d'un autre temps avait quasiment disparu, ne survivant que dans des films et des sketchs à l'humour daté.

Il ne me viendrait certainement pas à l'idée de toucher une inconnue, que ce soit sur les fesses ou ailleurs, en dehors des enceintes d'un club libertin. Et je n'ai pas le souvenir d'avoir vu des comportement de ce genre dans les lieux publics ou privés que je fréquente. Vivrais-je avec des œillères ?

La forumiste me conseille de poser la question autour de moi pour m'ouvrir les yeux. Alors, mesdames mes lectrices, quelle est votre expérience des mains aux fesses ? Puisque je ne doute pas de leur aspect agressif et insultant, mon interrogation porte plutôt sur leur fréquence. A vos commentaires...

Commentaires

  1. Pas de main aux fesses pour moi depuis longtemps...sauf celles de Mr, ça compte ? :-D
    Depuis que je ne fréquente plus le métro aux heures de pointe (et même en dehors) ou des lieux publics où les "tâteurs" peuvent se dissimuler plus facilement, les conditions ne sont plus réunies :-)
    Faut-il compter les malotrus qui en club ne se gêne pas pour "tâter la marchandise" sans y être invités, ne serait-ce que d'un regard...? (Et là, oui, c'est une agression : ce n'est pas parce que je viens pour jouer que tout le monde a le droit de me sauter dessus !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ma mémoire ne me joue pas de tour, je compte parmi les gens qui vous ont mis une main aux fesses en club! Et sans parler en plus... Tss.
      :)

      Plus sérieusement, je crois que tout le monde considère la main aux fesses comme plouc, même en club. Toutefois, c'est aussi un lieu et des conditions différents du métro par exemple. Donc, oui, ça compte, mais dans un registre à part.

      Supprimer
    2. Oh mais vous ce n'est pas pareil :-D, vous n'étiez déjà plus un inconnu et nous étions dans le jeu...Un beau souvenir :-)

      Supprimer
    3. Pour moi aussi ... Un souvenir précieux, même !

      Supprimer
  2. Oui je dirais pareil, beaucoup en club se permettent de tâter la marchandise sans autorisation ... Mise a pars ça les hommes dans la rue se contente souvent de regarder et moi ca me va très bien ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, sur docti, des femmes se plaignent aussi d'être trop regardée... :/

      Supprimer
  3. Je dois avoir le cul trop bas ou la mine trop revêche, jamais de main aux fesses pour moi... Mais je ne m'en plains pas, pour une fois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si jamais tu le regrettais, je suis sûr qu'on pourrait te trouver des volontaires :)

      Supprimer
  4. Moi non plus. Pas de mains aux fesses. (je viens de Belgique, ça rentre dans les stats ?)

    Sophie née avec le punk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Belgique compte ! Même si elle est plus civilisée que la France, ce qui fausse un peu les stats.

      Supprimer
  5. cela m'est arrivé il y a un an ou deux dans un bus...le bus n'était pas bondé, c'était donc délibéré. le jeune homme devait avoir une petite vingtaine et je ne sais vraiment pas ce qui lui a pris: mon derrière étant beaucoup plus discret que ma poitrine, il n'invite pas vraiment aux attouchements.

    il ne s'est pas pris une gifle, mais une remarque très vive, suffisamment pour que les gens alentours entendent et le regardent. à l'arrêt il a filé sans demander son reste.

    RépondreSupprimer
  6. Puisque les témoignages sont sollicités, je me lance. Je ne me souviens pas que mon postérieur ait été flatté depuis des siècles, même en club. Et en ce qui concerne les regards appuyés, c'est par contre quelque chose de fréquent qui me dérangeait avant d'être libertine. Depuis, je me sens si à l'aise que lorsqu'on me regarde ainsi dans les lieux publics, je soutiens le regard fermement et coquinement, ce qui renverse la situation et destabilise généralement le mateur. Avant, je les trouvais agressif. Maintenant, ils me font pitié.

    RépondreSupprimer
  7. Je reste traumatisée par ce genre d'agressions fréquentes à mon adolescence mais depuis que je sais me défendre, ça m'arrive rarement (une fois par an)

    RépondreSupprimer
  8. Fréquente , la main aux fesses pour ma part , dans les bars un peu bondés ... ce qui aide "le tâteur" à agir dans la plus grande lâcheté ... Quant à ceux qui sont démasqués , ils reçoivent mon plus beau regard noir et s'il est assez proche pour que je lui rende la pareille en serrant fort fort ses testicules , alors cela devient presque jubilatoire !

    RépondreSupprimer
  9. J'ai beau être un mec ça m'arrive régulièrement et en de rares occasion j'arrive à savoir qui est la coupable. Elles sont malines les bougresses parce que c'est très très rare que j'arrive à choper la coupable! LOL

    En revanche le cadre est toujours le même.. un peu de monde.. bondé.. et hop une main qui viens empoigner ma fesse gauche (va savoir pourquoi la gauche j'en sais rien mais statistiquement c'est la fesse gauche qui gagne).

    Plus rarement (deux fois dans ma vie).. la prise de bourses par le voie de face avec un large sourire de la coupable sur son visage. Les deux fois j'ai pas eu le temps de réagir autrement que par un sourire surpris. Et les deux fois c'était en soirée verticale (un comble! lol)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fin, et suite

Ce vendredi a eu lieu le 66e apéro (qui portait le numéro 65, mais il y a eu deux numéro 61). Pour de multiples raisons, ce sera le dernier que j'organise. C'est la larme à l'œil que je suis sorti du bar pour la dernière fois, après avoir refermé cette page de ma vie.

À quelques jours près, cette date marque aussi le dixième anniversaire de mes débuts libertins. Mais depuis deux ans, je m'interroge. Suis-je encore libertin ?

Bon, en fait, la réponse est évidente : "oui". Mais c'est la question qui est mal posée. Ai-je encore envie de libertinage ?

Et là, c'est plus compliqué. Clairement, j'ai toujours les mêmes rêves qu'à mes débuts. Rencontrer des femmes libérées, me sentir désiré, m'éclater à plusieurs, vivre des soirées décomplexées, m'épanouir dans une relation amoureuse et libertine à la fois.

Mais justement, j'ai toujours ces rêves et je ne suis pas plus prêt de les réaliser qu'il y a dix ans. Certes, j'ai rencontré d…

Apéro libertin de M. Chapeau - 16 septembre 2016

Bonjour, et bonne rentrée !

Il parait qu'on a parlé de mes apéros sur France Inter. Si vous savez dans quelle émission, et à quelle date, ça m'intéresse.

Mes apéros reprennent avec la rentrée. Ces soirées sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



À bientôt !

Apéro libertin de M. Chapeau - Vendredi 24 mars 2017

Mes apéros sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants. Voici le formulaire d'inscription.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



Exceptionnellement, l'apéro sera suivi d'une soirée privée à l'occasion de mon anniversaire. Celle-ci est uniquement réservée aux habitués de l'apéro. Inutile d…