jeudi 17 novembre 2011

Comme un mardi

Un coup de fil de Mlle Immortelle. Nous ne nous sommes pas vu depuis deux semaines à cause des vacances. J'étais une dernière fois à Orléans avec mes enfants, elle a emmené le sien plonger dans des mers tropicales. Je suis heureux de l'entendre, de prendre de ses nouvelles. J'ai hâte de la revoir et de profiter de son corps et de l'extraordinaire harmonie qui règne entre nous. J'ai déjà réfléchi aux jours où nous pourrions nous voir, mais je n'ai pas le temps de lui proposer...

... Elle veux mettre notre relation entre parenthèses pour les mois à venir. Elle a rencontré quelqu'un durant ses vacances. Au Club Med'. C'est d'un banal.

Elle insiste que c'est temporaire, et je l'assure que je comprends la situation. Elle me demande comment cela se passe, que contrairement à moi, elle n'a jamais vécu cette situation. Je ne sais que lui répondre, après tout, je n'ai pas vraiment connu cela exactement. L'important, c'est de rester naturel et léger, conclus-je.

Le téléphone raccroché, je suis désemparé. Nous n'étions pas amoureux, c'était clair. D'ailleurs, je suis triste, mais pas tant que ça. Jaloux aussi à l'idée qu'un autre homme la touche, mais pas tant que ça.

Deuxième signe d'un changement dans ma vie. Plus d'envie de libertinage. Plus de maitresse régulière ou même irrégulière. Le coeur dégagé, je me sens comme une feuille blanche, vierge de toute écriture, sur la table d'un écrivain qui entamerait un nouveau chapitre dans un long roman feuilletonnesque. Libre de partir dans n'importe quelle direction.

4 commentaires:

  1. Il n'y a pas besoin d'être amoureux, ni d'être jaloux, pour être affecté par la défection d'une amante. Chaque fois que ça m'arrive – et ça ne m'est arrivé que trop souvent – c'est un petit déchirement, dont on se remet bien plus facilement si on a une autre amante sous la main pour vous réconforter ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Cette sensation, celle d'une page blanche, je l'ai ressentie il y a peu. Je l'ai nommé célibat. Le bon célibat, celui où on ne traîne plus ses amours échouées trop prêt de soit.
    Elle m'a plu, cette sensation. J'y ai vu une sorte de maturité, à pouvoir réaliser et savourer ma liberté. Elle est une forme de confiance en soi, je crois.
    Couplée à une bonne dose d'optimisme, elle peut être très bénéfique, elle l'est pour moi en ce moment en tout cas.
    Ce qui ne m'empêche pas de l'être encore.
    Célibataire ;)

    RépondreSupprimer
  3. Le libertinage peut ressembler à une prison.
    Vous semblez renaître, alors bonne anniversaire!

    RépondreSupprimer
  4. Comme une image : Je n'ai précisément plus d'amantes sous la main ou ailleurs ! Et c'est bien comme ça. Pas que j'ai envie de célibat, mais cela m'ouvre d'autres horizons.

    J. : Je vois ce que tu veux dire, mais je crois ne pas avoir atteint ce niveau de zenitude. Je suis toujours trop impatient ... !

    Samantha : Naissance et sortie de prison le même jour, mazette. Merci !

    RépondreSupprimer