mercredi 14 septembre 2011

Septembre 11 - Le Sauna Jaurès

Je me trouve par hasard à Orléans, ville où j'ai passé un an entre mon divorce et mon déménagement sur Versailles. A l'époque, j'étais sorti quelques fois au Sauna Jaures, l'un des seuls établissements libertin du Loiret et, à ma connaissance, le seul du centre ville. Je me demande si j'en avais parlé à l'époque. Ah oui, il y a deux ans exactement, amusante coïncidence.

Il est encore tôt, le sauna est en mode "gay/bi". Je suis donc certain de n'y trouver aucune femme, mais le tarif est pour le coup encore plus bas qu'à l'habitude. C'est-à-dire presque six fois moindre qu'au Moon City... Pour ce prix-là, j'entre sans pression.

Il y a une demi-douzaine d'hommes qui attendent au bar. Les installations sont presque vide, à part deux hommes dans le jacuzzi. Je me dirige vers le hammam pour me dégader les bronches. Aussitôt, un homme entre, s'assoit à deux sièges de moi, attends 30 secondes, puis ressort. Une minute après, un autre rejoue le même manège. Il est plus persévérant, restant dans le hammam une minute entière. Je reste seul une dizaine de minutes dans l'humidité chaude, à me demander si ces passages étaient intéressés ou un autre comportement que je ne comprendrais pas.

Une fois sorti et séché, je prends un magazine et m'installe dans un transat pour lire en attendant la suite. Le club a refait sa décoration pour l'été. Les colonnes grecques ont laissé la place à une peinture murale représentant une plage, à un bateau gonflable et un mannequin allongée sur du sable.

A la fin de ma lecture, cinq couples sont arrivés. Autour du bar, ils parlent fort et rient encore plus fort. Aucun n'est très attirant, mais ils ont tout de même pas mal de succès auprès de quelques hommes, souvent plus jeunes et plus beaux. L'une des femmes s'enfermera avec trois d'entre eux pendant une bonne partie de la soirée.

Pour ma part, je traîne de zone en zone, sans me presser. Je passe un bon moment dans le jacuzzi, presque seul. Je peux m'allonger de tout mon long, seul ma tête et mes orteils dépassent. Quand je me suis allongé, l'homme présent s'est retourné, s'allongeant sur le ventre ... Est-ce encore un code que j'ignore ? Peu importe.

Je finis par le sauna où je reste moins longtemps que lors de mes précédentes visites. J'ai trop chaud et je commence à fatiguer. Je décide de faire un dernier tour dans les salles vidéos avant de partir.

C'est là que je tombe sur l'un des rares hommes qui soient visiblement bi et à mon goût. Il y a au moins un code masculin que je comprends, mais il faut dire qu'il est particulièrement explicite : une main sur le sexe en passant. Difficile de le rater ...

Rassasié par ce magnifique homme à la douce peau d'ébène, je me rhabille et je sors du club. Il est temps de rentrer !

3 commentaires:

  1. Vous faites partie de mes vagabondages nocturnes, et c'est un pur bonheur de s'évader dans votre monde! :)
    Concernant ce billet, j'ai toujours eu cette folle envie d'être une petite souris et de circuler dans les différents coins d'un sauna...
    Et probablement un comme celui-là!
    ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, Elle, et bienvenue !

    Il existe des saunas bi un peu partout, dont plusieurs à Paris. J'ai déjà testé l'Atlantide et, récemment, l'Amphibi. Vous pouvez tout à fait les visiter, mais il sera difficile de vous faire passer pour une petite souris. Non seulement les femmes ne passent pas inaperçues dans ces lieux où elles sont rares, mais en plus les hommes bi ont fortement tendance à se muer en hétéro en leur présence !

    Si vous voulez vraiment voir des hommes entre eux, demandez à assister à une partouze homo, mettez vous dans un coin et ne bougez plus ! Une amie l'a vécue et elle en parlait avec les yeux brillants :)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour l'accueil M.Chapeau! :)
    Oui en effet, les hommes se comporteraient bien différemment s'ils sont entre bi en présence de femmes.
    Par contre concernant le milieu gay, c'est quasiment mission impossible de trouver un club et de "matter" les hommes dans un coin.
    Car très souvent les femmes sont "personna non gratta" dans ce genre d'établissement.
    En tout les cas ici dans mon ptit pays :/

    RépondreSupprimer