mardi 8 mars 2011

Un mois après

Pendant quelques semaines, mon credo a été de "Faire les Choses". Ranger mes papiers, payer les factures, acheter les rideaux, finir mon contrat. C'était une façon de trouver des petites satisfactions dans le quotidien. Je ne sais plus quel sage a dit qu'il fallait s'accorder au moins un petit bonheur par jour. Mais c'était aussi un moyen de me forcer à regarder le présent plutôt qu'un passé disparu ou un futur incertain. De me mettre des œillères.

Je crois que cette phase est passée. Je regarde à nouveau pleinement vers le futur. Il est toujours aussi rempli d'incertitudes, mais aussi de promesses. Je me suis ainsi lancé dans un projet (professionnel) complétement idiot et qui va me demander beaucoup plus de temps que je n'en ai. Mais qui m'amuse follement. Et c'est déjà ça.

Sur le plan personnel, je ne sais pas ce qui me manque le plus : les sentiments, la tendresse ou le sexe. Le sevrage est difficile.

4 commentaires:

  1. Si je peux me permettre un avis présomptueux : je pense que ce qui te manque le plus, c'est le sentiment, parce que tu n'es pas vraiment guéri de ta rupture. Pas ta dernière rupture, hein. Celle d'avant.
    Quand ça sera guéri, le reste sera plus simple.

    (C'était ma séance de psy express, ça fera 70 € ou tu peux me dénoncer au conseil de l'ordre).

    RépondreSupprimer
  2. Tu peux te permettre, surtout que tu n'as sans doute pas tout à fait tort.

    Ca existe, les relations de rebond de rebond ? :p

    RépondreSupprimer
  3. IL y a malheureusement des ruptures dont on ne se remet jamais, on oublie plus ou moins, avec des reflux terrible pour le moral. Et ça repart d'où c'est venu sans prévenir. Les méandres du cerveau sont impénétrables ... (blague vaseuse en réponse interdite ^_^)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis tout à fait d'accord avec les commentaires précédents.
    Mais le passé est ce qui rend le présent d'autant plus riche. Surtout quand on vit les choses intensément comme tu le fais et le dis.
    Bises

    RépondreSupprimer