Accéder au contenu principal

Le bonheur ne me rend pas heureux

Il y a vraiment des moments où je ne me comprends pas moi-même. Pourquoi saboter mes possibilités de bonheur ? Comme si j'estimais ne pas les mériter, ou que j'en avais peur.

Un psy de comptoir me disait récemment que je n'étais pas remis de ma première séparation. Ce qui m'a fait peur. Elle date quand même d'un an et demi, et j'ai vécu beaucoup de choses depuis.

Mais ce n'est pas le pire. Ce qui est vraiment terrifiant, c'est de réaliser que j'ai peut-être bien toujours été comme ça. Plus doué pour le malheur que pour le bonheur. Malheureux d'être seul, mais pétrifié à l'idée d'être en société.

Commentaires

  1. L'avantage avec les psy de comptoir, c'est qu'on peut boire un verre pendant l'analyse ;-)

    Pour moi, ça sera un muscat.

    RépondreSupprimer
  2. Ne soit pas terrifié. Réaliser c'est un bon point de départ - c'est aussi savoir ce que tu ne veux plus... il ne reste qu'à se lancer, à tenter... à forces de tentative on apprend à nager, à pédaler... à être heureux aussi sans doute :)

    (Claire en mode "Positive Thinking" de comptoir)

    RépondreSupprimer
  3. Tout le monde est doué pour le bonheur.
    Ne pas se remettre après un an, ca n'est absolument pas anormal (surtout si c'est la mere de vos enfants?).
    Reproduire les mêmes schémas aussi, saboter c'est juste une façon de prendre les rennes par rapport à une fatalité que vous croyez annoncée....comprendre progressivement pourquoi ca vous a fait si mal est un pas vers la compréhension, qui libère jusqu'à ce que le mécanisme soit plus ou moins désossé....
    Bon enfin moi ce sera un verre de Bourgogne.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fin, et suite

Ce vendredi a eu lieu le 66e apéro (qui portait le numéro 65, mais il y a eu deux numéro 61). Pour de multiples raisons, ce sera le dernier que j'organise. C'est la larme à l'œil que je suis sorti du bar pour la dernière fois, après avoir refermé cette page de ma vie.

À quelques jours près, cette date marque aussi le dixième anniversaire de mes débuts libertins. Mais depuis deux ans, je m'interroge. Suis-je encore libertin ?

Bon, en fait, la réponse est évidente : "oui". Mais c'est la question qui est mal posée. Ai-je encore envie de libertinage ?

Et là, c'est plus compliqué. Clairement, j'ai toujours les mêmes rêves qu'à mes débuts. Rencontrer des femmes libérées, me sentir désiré, m'éclater à plusieurs, vivre des soirées décomplexées, m'épanouir dans une relation amoureuse et libertine à la fois.

Mais justement, j'ai toujours ces rêves et je ne suis pas plus prêt de les réaliser qu'il y a dix ans. Certes, j'ai rencontré d…

Apéro libertin de M. Chapeau - 16 septembre 2016

Bonjour, et bonne rentrée !

Il parait qu'on a parlé de mes apéros sur France Inter. Si vous savez dans quelle émission, et à quelle date, ça m'intéresse.

Mes apéros reprennent avec la rentrée. Ces soirées sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



À bientôt !

Apéro libertin de M. Chapeau - Vendredi 24 mars 2017

Mes apéros sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants. Voici le formulaire d'inscription.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



Exceptionnellement, l'apéro sera suivi d'une soirée privée à l'occasion de mon anniversaire. Celle-ci est uniquement réservée aux habitués de l'apéro. Inutile d…