samedi 12 mars 2011

Le bonheur ne me rend pas heureux

Il y a vraiment des moments où je ne me comprends pas moi-même. Pourquoi saboter mes possibilités de bonheur ? Comme si j'estimais ne pas les mériter, ou que j'en avais peur.

Un psy de comptoir me disait récemment que je n'étais pas remis de ma première séparation. Ce qui m'a fait peur. Elle date quand même d'un an et demi, et j'ai vécu beaucoup de choses depuis.

Mais ce n'est pas le pire. Ce qui est vraiment terrifiant, c'est de réaliser que j'ai peut-être bien toujours été comme ça. Plus doué pour le malheur que pour le bonheur. Malheureux d'être seul, mais pétrifié à l'idée d'être en société.

4 commentaires:

  1. L'avantage avec les psy de comptoir, c'est qu'on peut boire un verre pendant l'analyse ;-)

    Pour moi, ça sera un muscat.

    RépondreSupprimer
  2. Ne soit pas terrifié. Réaliser c'est un bon point de départ - c'est aussi savoir ce que tu ne veux plus... il ne reste qu'à se lancer, à tenter... à forces de tentative on apprend à nager, à pédaler... à être heureux aussi sans doute :)

    (Claire en mode "Positive Thinking" de comptoir)

    RépondreSupprimer
  3. Tout le monde est doué pour le bonheur.
    Ne pas se remettre après un an, ca n'est absolument pas anormal (surtout si c'est la mere de vos enfants?).
    Reproduire les mêmes schémas aussi, saboter c'est juste une façon de prendre les rennes par rapport à une fatalité que vous croyez annoncée....comprendre progressivement pourquoi ca vous a fait si mal est un pas vers la compréhension, qui libère jusqu'à ce que le mécanisme soit plus ou moins désossé....
    Bon enfin moi ce sera un verre de Bourgogne.

    RépondreSupprimer