samedi 30 octobre 2010

L'art de dire non

Aborder n'est pas chose facile. On pourrait penser les libertins plus à l'aise dans ce domaine que les verticaux, mais ce n'est pas le cas. On en trouve des extravertis et des timides, comme partout ailleurs. Et si certaines soirées ne démarrent pas, ce n'est pas qu'une question de manque d'affinité, c'est aussi la conséquence d'une peur généralisée d'aborder autrui.

Cette peur, je l'avais en devenant libertin, mais mon envie était assez grande pour me pousser à la maîtriser. Aujourd'hui ... je l'ai toujours. En fait, elle a même augmenté avec l'expérience. Après une vingtaine de sorties variées, je suis plus prudent qu'auparavant dans mes approches.

Et ceci pour une raison très simple : les refus font mal. Toute approche est une prise de risque. Pas étonnant que beaucoup de libertins prennent la position passive du "je me pose et j'attends qu'on vienne vers moi". C'est mille fois plus confortable et plus sûr.

Cependant, les refus peuvent être plus ou moins douloureux. Je ne m'étais pas rendu compte à quel point avant d'observer la chose de l'extérieur. C'était lors d'un salon tenu par et chez Mlle Fushia. Il y avait là une invitée, à la sexualité ouvertement libérée mais pas libertine pour autant, Miss D***.

J'ai vu M*** s'approcher d'elle, poser la main sur son épaule, entamer quelques caresses sur la bras, puis le dos. Rien de très choquant. C'était même une approche très soft étant donné que des duos, des trios et plus forniquaient déjà dans tous les coins de l'appartement.

C'est la réaction de Miss D*** qui m'a choqué. D'abord, elle s'est raidie. Elle a évité le regard de M*** avant de détourner la tête ostensiblement. Enfin, elle a eu un soubresaut du bras. Puis, voyant que cela ne suffisait pas à se faire comprendre, elle a fini par parler à M***. Je n'ai pas entendu ses paroles, mais il s'est éloigné. Par contre, j'ai vu l'expression de Miss D***, pas franchement amicale.

Que signifie un tel comportement ? Que non seulement elle n'a pas envie de donner suite à l'abordage, mais aussi qu'elle le considère comme totalement déplacé, inconvenant. C'est une réaction qui respirait le dégoût.

Il n'est jamais facile de comprendre qu'on inspire du dégoût. Cette scène m'en a rappelé d'autres que j'ai vécues en club. Des gens qui répondaient à mes avances en me donnant l'impression que j'avais commis un acte d'une rare impolitesse en leur adressant la parole. Ou que j'étais trop laid pour qu'ils puissent même envisager quoi que ce soit avec moi.

Et en voyant cette scène de l'extérieur, j'ai compris que ce n'était pas M*** (ou moi) qui était impoli, mais Miss D*** (ou mes interlocuteurs d'antan) qui manquait d'éducation libertine. Et cela m'a soulagé d'un certain poids.

On répète souvent que dans le libertinage "Tout est possible, rien n'est obligatoire". Evidemment que l'on a pas à dire oui à tout le monde. Mais cela ne veut pas dire que l'on peut dire non n'importe comment. Un simple signe de tête, accompagné d'un sourire, permet de faire comprendre que l'on ne souhaite pas aller plus loin, sans en faire un drame, sans humilier personne. On peut s'offusquer d'un coup de bite donné sans prévenir, pas d'une caresse sur l'épaule. Après tout, nous sommes dans une partouze, pas au bal de l'ambassadeur.

Mais pour cela, encore faut-il avoir véritablement l'esprit libertin. Et pas, comme Mlle D*** ou ces gens qui s'effraient au moindre contact, être un simple touriste venu voir les pervers comme des singes au zoo.

16 commentaires:

  1. merci pour toutes ces informations , tes ressentis , je t'en remercie

    également novice ,je prends note

    Bonne continuation
    Bon week end
    amitié de la provence ...

    RépondreSupprimer
  2. Je comprends trés bien que cela ne soit pas facile d'"approcher" qq'un en club et suis bien contente de ne pas avoir à le faire.

    RépondreSupprimer
  3. J'y vois plus largement un question de respect de l'autre, dans la réciprocité.

    RépondreSupprimer
  4. Sic ! J'ai cru un instant que c'était moi cette fautive d'un manque de tact certain, mêlé à une non-connaissance des pratiques libertines.
    Avant de me rappeler que nous n'avions jamais été dans le même appartement orgiaque le même soir ^^

    Cette Miss D savait-elle vraiment où elle mettait les pieds ? Et donc savait-elle qu'il serait possible qu'elle soit abordée, par qui que ce soit, dans le but clair de sexer ?

    RépondreSupprimer
  5. @ Monsieur Chapeau : j'espère qu'outre ces reflexions philosophiques, tu as tout de même passé une bonne soirée...
    @ MissDactari : cette Miss D avait prévenu sur son tweeter qu'elle allait à une 'touze'... donc oui, elle était prévenue...
    je plussoie néanmoins Monsieur Chapeau : même si les hommes présents ne lui plaisaient pas, la politesse peut / doit être présente dans ces occasions... personne ne l'a forcée, elle a eu raison de dire non si elle ne voulait pas, mais il y a manière et manière... tant pis pour elle !

    RépondreSupprimer
  6. Juste pour vous oter d'un doute Mr Chapeau: vous êtes beau!

    S*

    RépondreSupprimer
  7. @ Libert_ine : Mouais... je ne suis pas convaincue, dire sur son tweeter qu'on va à une " touze " ça fait bien, ça fait grande fille, ça impressionne les copines ( qui s'empresseront le lendemain de lui demander hystériques " alors t'as vu une touze ???? y'avais du bô mâle ??? " ), mais ça ne veut pas dire qu'elle connaissait les " codes " de bienséance libertine.

    RépondreSupprimer
  8. suis d'accord avec S*... mais tu le savais déjà... mais ça fait toujours du bien de l'entendre/ le lire
    @ missdactari : ouais... je pense qu'elle est juste malpolie, parce qu'elle fréquente assidument les clubs échangistes... moi qui ne fréquente que des bisounours, le contraste est évidemment violent, mais c'est la vie!

    RépondreSupprimer
  9. Loïc : Même après bientôt deux ans, je me considère toujours comme un novice. J'apprends tous les jours ! Bonne lecture...

    Alice : Parce que tu ne vas pas en club ? :p

    Matou : C'est une question de respect, tout à fait. Dans le sens où les libertins et les touristes ont une conception très différente de ce qu'est le respect.

    Missdactari : Elle savait parfaitement où elle mettait les pieds. Je ne sais pas ce qu'elle pensait qu'il se passerait.

    Et je confirme que ce n'est pas de toi dont il s'agit !

    Libert_ine : Au final, j'ai passé une bonne soirée. Mais si j'étais parti à minuit (comme j'ai hésité le faire) ou à 2 heures (comme le retour impromptu de L** m'a empêché de le faire), elle m'aurait laissé un sentiment d'échec personnel.

    S* : Merci, chère S*. Au plaisir de se revoir :)

    Libert_ine (bis) : Exact ! C'est l'une des choses que j'ai dit dans la soirée d'ailleurs. Il est toujours bon de redire ces petits mots.

    Les clubs sont pleins de touristes et de ploucs, c'est vrai. Mais on y fait aussi de belles rencontres ... parfois.

    RépondreSupprimer
  10. Merci Mr Chapeau, je ne l'aurai probablement pas dit mieux et je partage ton avis sur l'intégralité du billet.

    J'ai eu le droit à quelques réactions disons inappropriées, mais pas à ce point... cette Melle D m'a l'air bien détestable.
    Pas comme une autre <3

    (Et au passage je note que certaines aiment les bisounours, ça fait plaisir !)

    RépondreSupprimer
  11. je ne peux qu'adhérer...mais difficile de savoir d'après la description s'il s'agissait de la réaction d'une arrogance ou d'une paniquée qui n'était pas assez sûre d'elle pour maitriser l'art du refus élégant...

    RépondreSupprimer
  12. Goormand : C'est effectivement détestable de la part des touristes de réagir selon des standards verticaux alors qu'ils savent pertinemment qu'ils sont dans un lieu horizontal. Des réactions de ce genre, j'en ai connu et on m'en a raconté des pires. J'ai eu droit à un sermon énervé de 10 minutes pour une caresse et un bisou sur l'épaule, par exemple...

    Colombine : Mlle D*** a probablement une nature assez arrogante (et rigolote, et probablement plein d'autres bons côtés, mais qui ne se sont pas exprimés ce soir-là). Cependant, je pense que sa réaction était symptomatique d'un certain affolement. (Ce qui est étrange, c'est qu'elle dit fréquenter des clubs libertins ... je me demande comment elle se conduit là-bas ?) Elle avait l'air vraiment dépassée par les événements. D'ailleurs, elle est partie brusquement quelques minutes plus tard. Nous étions trop pour elle :)

    RépondreSupprimer
  13. N'importe qui peut " fréquenter les clubs libertins ", comme les cinés ou les resto... mais sans avoir la politesse d'adapter son comportement à l'endroit et à sa clientèle.

    RépondreSupprimer
  14. Missdactari : Attention, tu vas bientôt te transformer en nightwalker bis !

    RépondreSupprimer
  15. Wi moi aussi ça m'énerveuh ! lol !

    RépondreSupprimer
  16. Une fois de plus j'apprécie vraiment l'authenticité et la sincérité de tes billets et le recul que tu as par rapport à ce que vis et vois.
    L'art de dire non est délicat et il faut savoir le manier même si le refus est le Xième de la soirée, qu'on a la tête ailleurs... Parce que les femmes sont beaucoup sollicitées - et il en a été bien des fois question sur ton blog ou le mien - elles doivent savoir rester humbles et ne pas oublier le respect des personnes qui croisent leur route.

    RépondreSupprimer