Accéder au contenu principal

Mauvais joueur

Je fais un peu d'apnée nocturne. Oh rien de grave : une narine bouchée, l'autre pas mal obstruée et je respire difficilement. Il me suffit de bouger un peu et ma respiration reprend normalement.

Et si je dors trop profondément pour bouger, mon cerveau se charge de me réveiller. Sa méthode ? Me faire faire des cauchemars. Cette nuit, j'ai ainsi rêvé que j'organisais un jeu avec des amis et l'Homme en Noir, une sorte de réconciliation.

Nous étions ... hum, c'est difficile à dire. Dans mon rêve, c'était censé être la maison de ma grand-mère, celle qu'elle habitait avant l'appartement que je vais bientôt habiter et qui est vendue depuis 10 ans. Mais dans le rêve, elle se mélangeait à ma maison rouennaise que j'ai dû la laisser à Mlle Coquelicot. Et elle ressemblait à une troisième maison ... Bref, le bordel onirique classique.

Ma nostalgie de ces maisons s'est progressivement changée en angoisse, puis en colère. Dans le rêve, je me suis mis à pleurer. Alors j'ai crié à l'Homme en Noir : "Tu m'as pris ma femme ! Tu m'as pris ma maison ! Tu m'as pris mes enfants ! Qu'est-ce que tu veux de plus ?!?"

Et là, je me suis réveillé. L'illusion s'est dissipée, mais l'angoisse était toujours là. Je me suis retourné pour mieux respirer. J'ai serré un oreiller contre moi et je me suis rendormi.

Un oreiller...

Commentaires

  1. Vos libellés sont trés adaptés !
    Monsieur Chapeau, vous êtes chanceux de vous être rendormi, même serré contre un oreiller. Moi, après un cauchemar qui me laisse angoissée... pffff... j'ai beacuoup de mal.

    RépondreSupprimer
  2. Je dors tous les jours avec un oreiller serré entre mes bras...

    RépondreSupprimer
  3. Je hais ce type de cauchemar, la sensation de vécu est tellement présente!
    rahhhhr...
    ça fait bien longtemps que je n'en ai pas fait. Ne me portez pas la poisse! :)

    RépondreSupprimer
  4. Oooooooh!!! Allez viens dans les bras de tatie Khalya pour un gros câlin virtuel!:-)
    Il y a quelques mois, je me réveillais tous les matins en larmes... Pas facile, ce genre de réveil..

    RépondreSupprimer
  5. Arf.. Tes libellés me font penser que ce cauchemar n'est pas entièrement imaginé par ton cerveau...

    Sinon un oreiller entre les bras, et l'autre sous la tête, c'est ce que je fais quand Kees découche (pour le boulot!). Le mieux c'est les traversins ^^

    RépondreSupprimer
  6. Alice : D'habitude, je ne me rendors pas, ou du moins pas aussi facilement. Là oui ! J'ai eu de la chance.

    J'ai peut-être été aidé par le film magnifique que j'ai vu avant, The Limits of Control. Incroyable d'épure et de poésie.

    Anonyme : Tous les jours ! Et la nuit ?

    Nouvelle Amazone : Prenez un chocolat avant de vous coucher. :)

    Khalya : Merci pour le câlin, même virtuel ! Je suis aussi passé par des moments de larmes perpétuelles. C'est fini, mais le fond de tristesse est toujours là, tapis sous la surface, prêt à affleurer au moindre coup de vent. Un mois que je n'ai pas vu mes enfants. Sacré coup de vent ...

    Mel'ody : les libellés racontent une histoire, mais elle n'a aucun rapport avec mon ex-femme. La personne a laquelle s'est destinée est au courant.

    Je penserai au traversin si mon célibat se prolonge trop :)

    RépondreSupprimer
  7. Jules,
    et si tu prenais le célibat du bon coté?
    si tu décidais de changer des choses...
    De faire des truc avoir des activités sportives ou autre pour toi qui te feraient rencontrer des gens et prendre un bon bol d'oxygène... Te permettant de t'epanouir sans être dans l'attente, tu sais bien que c'est quand on s'y attend le moins que ça nous tombe dessus...
    Je t'embrasse
    Anis

    RépondreSupprimer
  8. Anis : J'entends bien tes conseils. Tu es la voix de la sagesse. J'aimerai "faire des choses", mais tant que j'habite chez mes parents, je ne peux pas avoir de projets ou d'activités dans la durée. Je suis coincé dans l'intermédiaire. Et trop intraverti pour faire l'effort d'aller vers des gens ici quand je sais que je serai parti dans quelques mois.

    En même temps, je m'énerve moi-même à geindre comme ça. C'est pathétique.

    RépondreSupprimer
  9. Pauv' M. Chapeau ;o((
    Tu emménages quand ?? ;o)
    Bises de papillon

    RépondreSupprimer
  10. Pas avant février-mars, au mieux.
    Tout ça va beaucoup plus lentement que je ne l'avais imaginé.
    Oups.

    RépondreSupprimer
  11. C'est étonnant ça... trop intraverti pour aller vers des gens ici alors que vous allez partir ? En vacances ailleurs vous restez aussi dans votre coin ???
    Vous ne vivez pas le moment présent ! Non, une telle remarque est sans doute erronnée.
    En fait, je crois que vous êtes encore dans le deuil. Ce genre de cauchemard est en typique d'ailleurs.
    ne devriez-vous pas considérer cette parenthèse pleine de contingences au contraire comme libératice ? vous inventer d'autres moyens, d'autres détours, et puisque vous êtes un peu comme un enfant (ou un grand ado) chez papa maman, faire enfin l'école buissonnière sans état d'âme ?
    B

    RépondreSupprimer
  12. Je ne sais pas faire l'école buissonière !

    RépondreSupprimer
  13. Vous ne savez pas ? Bah... A défaut d'une maîtresse... trouvez une camarade d'école qui aime sortir des sentiers battus !

    B
    (pfff... mais pourquoi je m'obstine à utiliser ces mauvais clichés. désolée)

    RépondreSupprimer
  14. Cela donne envie de faire l'oreiller.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fin, et suite

Ce vendredi a eu lieu le 66e apéro (qui portait le numéro 65, mais il y a eu deux numéro 61). Pour de multiples raisons, ce sera le dernier que j'organise. C'est la larme à l'œil que je suis sorti du bar pour la dernière fois, après avoir refermé cette page de ma vie.

À quelques jours près, cette date marque aussi le dixième anniversaire de mes débuts libertins. Mais depuis deux ans, je m'interroge. Suis-je encore libertin ?

Bon, en fait, la réponse est évidente : "oui". Mais c'est la question qui est mal posée. Ai-je encore envie de libertinage ?

Et là, c'est plus compliqué. Clairement, j'ai toujours les mêmes rêves qu'à mes débuts. Rencontrer des femmes libérées, me sentir désiré, m'éclater à plusieurs, vivre des soirées décomplexées, m'épanouir dans une relation amoureuse et libertine à la fois.

Mais justement, j'ai toujours ces rêves et je ne suis pas plus prêt de les réaliser qu'il y a dix ans. Certes, j'ai rencontré d…

Apéro libertin de M. Chapeau - 16 septembre 2016

Bonjour, et bonne rentrée !

Il parait qu'on a parlé de mes apéros sur France Inter. Si vous savez dans quelle émission, et à quelle date, ça m'intéresse.

Mes apéros reprennent avec la rentrée. Ces soirées sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



À bientôt !

Apéro libertin de M. Chapeau - Vendredi 24 mars 2017

Mes apéros sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants. Voici le formulaire d'inscription.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



Exceptionnellement, l'apéro sera suivi d'une soirée privée à l'occasion de mon anniversaire. Celle-ci est uniquement réservée aux habitués de l'apéro. Inutile d…