vendredi 4 décembre 2009

Les Martre - août 2009

On a toujours une connaissance parcellaire de ces lecteurs. Ceux qui laissent des commentaires ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Une foule d'anonymes passe sans laisser de trace ailleurs que dans les statistiques du site. Parfois, un anonyme sort de la foule et prend un nom. C'est le cas de M. et Mme Martre.

(La martre est certainement un animal sympathique, mais c'est en hommage à leur poils dont on fait des pinceaux que j'ai choisi ce pseudonyme. M. Martre est un maître es-brosse, comme je l'ai découvert sur son blog.)

M. et Mme Martre, donc, m'ont contacté directement sur MSN. (Mon adresse est sur le premier billet du blog.) Ils avaient une proposition inattendue : se dévoiler devant moi, par webcam interposée. Cela ne fait pas spécialement partie de mes fantasmes, mais je n'étais pas contre l'idée, d'autant plus que la période estivale était désertique sur le plan ... heu, sur tout les plans en fait.

Je me suis étonné qu'ils me contactent pour ça, les volontaires devant déjà se bousculer à leur porte. Je n'avais pas réfléchi à la chose du point de vue du couple, Mlle Coquelicot n'étant pas du tout intéressée par l'exhibition. Mais il semble qu'une partie du plaisir de se montrer vient de la qualité de l'homme qui regarde. Que les lourdauds gâchent la fête en quelque sorte. Qu'un voyeur intéressant ne soit pas si facile à trouver. Ce qu'ils avaient lu de moi sur mon blog leur plaisait, d'où la proposition. Que j'ai acceptée.

Une fois les détails techniques résolus, j'ai vu ... une chaise. Eux ne voulaient pas me voir, j'avais donc occulté ma propre caméra. Pas de son, une image en noir et blanc. Du moins dans mon souvenir ... j'ai peut-être juste oublié la couleur.

Une jeune femme est entrée. Jeune, mince, cheveux courts. Un masque blanc lui cachait le visage. Elle portait des bas, une chemise et ... un chapeau ! Elle s'est approchée de la chaise et s'est mise à se déhancher, en retirant un par un ses vêtements. Je n'avais pas le son, mais je l'imaginais danser au rythme d'une musique inaudible de mon côté. En fait, je pensais même qu'elle suivait une chorégraphie préparée, tellement ses gestes s'enchaînaient naturellement. J'ai appris après coup qu'il n'y avait ni musique, ni préparation. Chapeau.

Une fois presque nue, elle s'est caressée doucement. Puis un homme l'a rejoint, tout aussi jeune. Ils se sont embrassés passionnément. L'homme s'est assis, la jeune s'est accroupie entre ses jambes et a pris son sexe entre ses lèvres. Ensuite, ils ont eu envie de passer à autre chose, où je n'étais plus nécessaire. Après m'avoir fait au revoir de la main, ils ont éteint leur caméra.

Au final, la position de voyeur est intéressante, mais déroutante. Je n'ai pas ressenti de gêne, mais plutôt une distance due à la caméra. Et un côté passif, forcément. Pourtant, les Martre sont très agréables à regarder. Beaux et doux dans leurs gestes. J'aurai aimé les voir aller plus loin.

13 commentaires:

  1. Quand on a connu la proximité des relations libertines, les ébats par Webcam interposés doivent paraitre bien impersonnels. Est-ce l'antichambre du libertinage ? ....

    RépondreSupprimer
  2. C'est assez étrange, on sent une expérience à sens unique. Où étaient les interactions ? Pas de son, pas de caméra « retour ». Pianotiez-vous ? vos impressions, vos envies ?

    RépondreSupprimer
  3. Ahhh les "cams hots" ... que de souvenirs ;)! Comme vous l'avez écrit, qui dit cam, dit distance, sans doute pourquoi je ne les ai jamais envisagées autrement qu'interactives ;)!

    RépondreSupprimer
  4. Les cams hots,ça me rappellent ma jeunesse :D (oui je suis vieille ;)). Aujourd'hui, ce n'est pas vraiment ce qui cherche pour notre part.

    Histoire intéressante, le manque d'interaction surprend !

    Bises,

    Mely

    RépondreSupprimer
  5. Étrange...
    Et ça te donnait envie de participer ou pas ?

    RépondreSupprimer
  6. comment allez-vous cher M. Chapeau?
    un silence aussi long, j'espere ne presage pas une deprime passagere au moins.

    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Le blog est en pause jusqu'en 2010 ! Trop de boulot pour écrire ici, hélas. La décision a effectivement été prise dans un moment de déprime, quand un billet m'a coûté quelqu'un à qui je tenais. Mais je vais beaucoup mieux depuis. Il faut dire qu'il se passe de belles choses dans ma vie en ce moment. Ne vous en faites pas pour moi :)

    RépondreSupprimer
  8. je te dirai d'avance alors joyeux noël et bonne et heureuse année.
    j'espère que je serai la bienvenue.
    biz Emma

    RépondreSupprimer
  9. Merci Emma. Bonnes fêtes à vous aussi, et bienvenu, évidemment !

    RépondreSupprimer
  10. Bon... ben... on va attendre 2010 !...

    RépondreSupprimer
  11. Je suis heureuse pour vous qu'il se passe de belles choses dans votre vie!

    Désolée pour cette perte, s'ouvrir n'est pas évident mais recevoir cette intimité pour les gens qui nous entourent non plus.

    Joyeux noel! :)

    RépondreSupprimer
  12. De belles choses dans votre vie? Alors souhaitons qu'elles se prolongent en 2010 avec pétillements...
    Je piaffais quand j'ai vu cet article car j'avais envie d'en parler et de confirmer que précisément, l'état mental qu'on prête au partenaire est essentiel dans ce genre de jeu. J'étais justement en train de faire un article sur une expérience de cam que je ne fais qu'avec un seul homme, dont l'esprit est parfait pour cela.
    Mais je voulais publier l'article ("cravache et cam") avant de poster le commentaire.
    Je suis néanmoins surprise, comme les autres bloggeurs, du côté unilatéral de votre expérience. Avaient-ils le sentiment de tellement vous connaître à travers vos écrits que les mots entre vous n'étaient plus nécessaires. Voulaient-ils confronter leur désir à ce seul regard si perçant plein de cette singulière curiosité? Voulaient-ils éviter tout risque d'analyse immédiate de la situation? Ou encore vous stimuler davantage en vous empêchant de vous exprimer?
    En tous cas j'espère vous recroiser toujours le même en 2010. Bonnes fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer