Accéder au contenu principal

En musique - Cornershop

Cornershop est un groupe anglais à forte influence indienne. Je les ai découvert à la télévision, via le clip du remix de Brimful of Asha par Norman Cook, alias Fatboy Slim.




J'adore le refrain qui dit "Everybody needs a bosom for a pillow", soit "Tout le monde a besoin de fesses d'un sein comme oreiller". Joli programme !

Asha fait référence à une fameuse chanteuse indienne, Asha Bhosle, mais signifie aussi "espoir". La version d'origine mentionne aussi Jacques Dutronc et Bancs publics (la chanson de Brassens), au milieu de noms de groupes anglais.

Les 45 tours reviennent également régulièrement dans les paroles, et évidement dans le clip. Pour mes lecteurs les plus jeunes, les 45 tours sont des espèces de MP3 gravés dans du vinyle datant du millénaire précédent. Eh oui, à cette époque reculée, le vinyle ne servait pas encore à s'habiller !

J'aimais tellement cette chanson que j'ai acheté l'album correspondant, When I Was Born for the 7th Time (1997), puis les précédents Hold On It Hurts (1994) et Woman's Gotta Have It (1995). Ils se sont être avérés être dans un style un peu différent de Brimful of Asha, moins pop, plus durs, moins travaillés, à l'image des pochettes minimalistes. Ces premiers albums sont ceux que j'écoute le plus. Ils n'ont pas beaucoup de clips, alors mon choix est limité. Voici par exemple Born Disco, Died Heavy Metal.



Encore un 45 tours donc ...

Ils ont sorti un dernier album en 2002, Handcream for a Generation avant de se séparer. Un extrait : Lessons Learned From Rocky I to Rocky III (si ça peut vous motiver, on voit y des seins ! Et il parle de "chicks with dicks" à un moment).

Sauf qu'en préparant ce billet, j'ai découvert qu'ils avaient sorti un nouvel album cet été, Judy Sucks A Lemon For Breakfast. Gasp. Le premier clip parle encore de musique : Who Fingered Rock n Roll, ce qu'on pourrait traduire par "Qui a fait un doigt au Rock'n'Roll ?". Ils n'ont pas l'air tellement assagis par l'âge ... tant mieux !



EDIT : Merci à Ella (de libert'in progress) de m'avoir signalé mon (impardonnable) erreur de traduction (oups). L'oreiller est un sein, pas une fesse. Le programme reste joli, même s'il est moins universel ! Et la position parait plus confortable. :)

EDIT 2 : P. me propose plutôt poitrine plutôt que sein. C'est plus unisexe, mais c'est moins rigolo. Je laisse sein au-dessus, mais s'il fallait inclure cette revendication dans la constitution, je mettrais poitrine. Hop.

Commentaires

  1. La revendication que tout le monde devrait avoir des fesses comme oreiller mérite d'être inscrite dans la Constitution.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet éclairage, j'aime bien mais ne connaissais que Brimful of Asha...

    A part ça je suis complêtement d'accord avec ce que dit Alice !

    RépondreSupprimer
  3. C'était sympa Cornershop. Ca me rappelle ma jeunesse de rocker.

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi. Je dois les avoir vus 2-3 fois dans des salles basses de plafond.
    Et "Brimful of asha" est un de ces morceaux qui me fait sourire quelle que soit mon humeur.

    RépondreSupprimer
  5. Oh la vache vous aviez encore plus de Gobytes sur vos grands CDs alors ? ;-) ! Non mais dis, ton "jeune lectorat" a des parents, encore plus vieux que toi, qui ont été fans de groupes et ont toujours leurs 45 tours, qu'est ce que tu crois ! Eheh...

    RépondreSupprimer
  6. Alice : avec la double correction, on retombe sur un message plus politiquement correct, mais tout aussi défendable.

    Raphaël : Bienvenu Raphaël ! A ma connaissance, Brimful of Asha a été leur seul n° 1 (et encore, dans la version remixée).

    Deftones75 : On dirait du Julien Clerc ... :)

    Sophie : J'aimerai bien les voir en concert ... Ils passent bientôt à Paris je crois, mais je vais les rater.

    Mel'Ody : Ah bon ? Je suis sur le cul là ! :p

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Fin, et suite

Ce vendredi a eu lieu le 66e apéro (qui portait le numéro 65, mais il y a eu deux numéro 61). Pour de multiples raisons, ce sera le dernier que j'organise. C'est la larme à l'œil que je suis sorti du bar pour la dernière fois, après avoir refermé cette page de ma vie.

À quelques jours près, cette date marque aussi le dixième anniversaire de mes débuts libertins. Mais depuis deux ans, je m'interroge. Suis-je encore libertin ?

Bon, en fait, la réponse est évidente : "oui". Mais c'est la question qui est mal posée. Ai-je encore envie de libertinage ?

Et là, c'est plus compliqué. Clairement, j'ai toujours les mêmes rêves qu'à mes débuts. Rencontrer des femmes libérées, me sentir désiré, m'éclater à plusieurs, vivre des soirées décomplexées, m'épanouir dans une relation amoureuse et libertine à la fois.

Mais justement, j'ai toujours ces rêves et je ne suis pas plus prêt de les réaliser qu'il y a dix ans. Certes, j'ai rencontré d…

Apéro libertin de M. Chapeau - 16 septembre 2016

Bonjour, et bonne rentrée !

Il parait qu'on a parlé de mes apéros sur France Inter. Si vous savez dans quelle émission, et à quelle date, ça m'intéresse.

Mes apéros reprennent avec la rentrée. Ces soirées sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



À bientôt !

Apéro libertin de M. Chapeau - Vendredi 24 mars 2017

Mes apéros sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, pas pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants. Voici le formulaire d'inscription.

Je reçois beaucoup de demandes, mais je n'accepte pas tout le monde. D'une part, pour garder un certain esprit, et d'autre part pour viser la parité. Si nous ne connaissons pas, je demande donc une (courte) présentation de votre personne et de votre parcours libertin.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



Exceptionnellement, l'apéro sera suivi d'une soirée privée à l'occasion de mon anniversaire. Celle-ci est uniquement réservée aux habitués de l'apéro. Inutile d…